Tickets-Restaurant : Vers une nouvelle loi pour les étudiants en précarité ?

Face à la précarité des étudiants, une nouvelle proposition de loi est à l’ordre du jour. Il s’agit de proposer des Tickets-Restaurant pour les étudiants à hauteur de 6.60 €. La moitié de la valeur du Ticket-Restaurant serait à charge de l’Etat. Ils pourront entre-autres payer leurs courses, mais aussi prendre le repas dans les restaurants étudiants.

80 sénateurs proposent le Ticket-Restaurant étudiant

Selon Franceinfo, le sénateur du Groupe Centriste, Pierre-Antoine Levi a proposé lundi 15 mars une loi visant la précarité des étudiants. Une proposition de loi co-signée avec 79 autres sénateurs. Face à la pandémie mondiale, les étudiants ne peuvent financer leur quotidien faute de petits jobs, notamment dans la restauration. Pour ceux qui seraient éloignés des 843 restaurants universitaires en France, avec des repas à 1€, cette initiative serait une belle alternative pour les étudiants ayant des difficultés financières. Le Ticket-Restaurant aurait une valeur de 6.60€. Une partie serait à charge de l’étudiant et une autre, de l’Etat.

Pour Anne-Laure Blin, députée « Les Républicains » à l’Assemblée Nationale, il n’y aurait aucune distinction entre les étudiants boursiers et non-boursiers. Tous bénéficieront de ce nouveau projet de loi. Le but de cette initiative, selon l’un des cosignataires, est « de permettre aux étudiants de réduire les dépenses alimentaires ».

Pas suffisant pour subvenir aux besoins de l’étudiant

Pour Pierre-Antoine Levi, cette nouvelle proposition de loi permet de rétablir « cette inégalité, cette injustice ». Pour les étudiants inscrits dans les universités éloignées des centres-villes, il leur est difficile de bénéficier de repas à moindre coût. Cette nouvelle proposition de loi pour contrer la précarité étudiante a bien été accueillie, mais reste toutefois insuffisante pour les syndicats.

Voir aussi  Dark Kitchen : la nouvelle tendance de restauration en 2021

Pour certaines associations des étudiants, ces Tickets-Restaurants pour étudiant seraient une « fausse bonne idée », comme le précise Franceinfo. Pour Céline Thevenet, porte-parole de la Fédération des Associations Générale des Etudiants (FAGE), il faudrait réclamer une aide financière directe. La précarité étudiante ne se résumerait pas qu’à l’alimentaire. Céline Thevenet argumente : « Il y a aussi de la précarité pour payer son loyer, son logement, également une précarité énergétique pour payer, par exemple, son électricité ou encore son matériel informatique pour suivre ses cours. Il faudrait donc des mesures plus globales pour répondre à l’ensemble de ces précarités ».

Cette proposition de loi pourrait être votée en juin.

Crédit Photo : © Adobe Stock