Fermeture de l’Horeca : Des nouvelles mesures de soutien jugées insensées

Ce vendredi 12 février, Alexander De Croo, Premier Ministre belge a annoncé la prolongation des mesures de soutien pour les secteurs les plus touchés par la crise du coronavirus, dont l’Horeca. Le gouvernement fédéral a aussi annoncé de nouvelles mesures. Les propriétaires sont d’ailleurs encouragés à exonérer fiscalement une partie du loyer de mars à mai. Ce sont notamment les établissements loués dans les secteurs fermés.

Exonérer le loyer ?

Cette nouvelle mesure de soutien sur l’exonération du loyer annoncée vendredi vient trop tard pour Fabian Hermans, administrateur de la Fédération de l’Horeca à Bruxelles. Il dit : « On vient avec une mesurette. On ne vient pas avec une indemnité ou un soutien. On demande aux propriétaires de faire le gros effort et le gouvernement vous apporte un bonbon pour vous soutenir ».

Pour Dominique Michel, CEO de Comeos, les nouvelles mesures de soutien pour l’Horeca sont très décevantes. Il dit : « Cette nouvelle mesure ne vaut que pour l’avenir et ne prévoit rien, ni pour les magasins qui sont restés fermés pendant des mois l’année dernière, ni pour les mois de fermeture antérieures pour l’Horeca ». Le loyer représenterait jusqu’à 20% du chiffre d’affaires. Comeos demande que cette mesure soit rétroactive, au moins à partir du second confinement, en octobre dernier.

Voir aussi  Covid-19 : La restauration rapide pénalisée dans l’attribution du fonds de solidarité

Diminuer la TVA ?

D’autres propositions pour aider les secteurs les plus touchés par la crise sont sur la table. Le 4 février dernier, Denis Ducarne, Ministre Fédéral des classes moyennes, des Indépendants et des PME propose d’abaisser la TVA. D’apparence, cette idée a le mérite de cibler l’aide pour les secteurs qui en auraient besoin. Toutefois, pour Etienne de Callatay, économiste, cette aide serait une grosse bêtise. Il explique dans les colonnes de l’Echo : « La baisse de la TVA va être d’autant plus avantageuse pour les acteurs de l’Horeca (ou des métiers de contact) que l’activité, à partir de la réouverture, sera importante. » Pour l’économiste belge, cette mesure sera « proportionnelle à la reprise du chiffre d’affaires de chacun ».

Abaisser la TVA serait doublement néfaste puisqu’elle évincerait « d’autres usages plus judicieux, tant socialement qu’économiquement, de cet argent public qui reste rare et elle est anti-redistributive. »

Pour les professionnels de l’Horeca, ces nouvelles mesures de soutien sont mauvais signe quant à la reprise de leur activité. Le gouvernement fédéral affirme toutefois que la réouverture des restaurants et cafés dépend de l’évolution de l’épidémie.

Crédit Photo : ©Belga