Covid-19 : manifestation des CHR à Paris pour demander de l’aide

Ce lundi 14 décembre, des professionnels des cafés, hôtels et restaurants accompagnés d’autres secteurs comme le tourisme et la culture, se sont rassemblés aux Invalides, à Paris. A l’arrêt depuis un mois et demi et le reconfinement, ils souhaitaient faire entendre leur détresse et leur mécontentement suite au manque d’aide du gouvernement. Ils demandent une meilleure prise en charge des pertes d’exploitation.

Un secteur aux abois

manifestation Pour beaucoup de professionnels des CHR, « la mort est proche ». Fermés depuis un mois et demi, voire depuis le mois de mars pour les discothèques, certains craignent de tout simplement ne plus jamais pouvoir ouvrir. Déjà bien touchés par le premier confinement, le reconfinement d’octobre a contraint les CHR à fermer leurs portes à nouveau, malgré une situation financière catastrophique.

Ce lundi, ils se sont donc tous réunis pour manifester pacifiquement face à la situation qui ne prévoit pas de réouverture du secteur avant le 20 janvier, au minimum.

Une seule volonté, « travailler »

Sans aucunement nier l’urgence sanitaire dans laquelle nous nous trouvons, les professionnels des cafés, hôtels et restaurants ne comprennent pas l’acharnement que subi leur secteur, qui a déjà pris de nombreuses mesures et investi beaucoup pour respecter les mesures et gestes barrières. Alors que, dans certains magasins qui ont rouvert, les files se multiplient et les gens s’agglutinent dans des espaces réduits, sans respecter les mesures sanitaires. Tous le disent, ils souhaitent « juste travailler ».

La fermeture des CHR comme cause des fêtes clandestines ?

D’autres professionnels sont dans l’incompréhension et n’hésitent pas à pointer du doigt la fermeture des discothèques, restaurants et cafés comme un des facteurs de l’organisation de fêtes clandestines, qui se multiplient ces derniers jours. Sauf que dans les établissements CHR, il est possible de respecter les gestes barrières, contrairement aux fêtes clandestines.

Voir aussi  PHOTOS : La tenue particulière d’Adrien Cachot (Top Chef 2020) pour la montée des marches au Festival de Cannes

Selon les derniers chiffres plus d’un professionnel CHR sur trois envisage de jeter l’éponge. C’est pourquoi ils demandent l’urgente prise en charge de leurs pertes par les assureurs.