Réouverture des CHR : le président de l’UMIH demande des précisions sur la date de réouverture

Le coronavirus continue de faire des dégâts. Les bars, cafés, hôtels et restaurants sont toujours fermés. Si au préalable la date d’ouverture prévue était censée être le 20 janvier 2021, cette date n’est plus d’actualité.

La réunion du 5 janvier 2021, qu’est-ce qu’on en retient ?

En cette date du 5 janvier 2021, les autorités du secteur ont été reçues au ministère de l’Économie. À l’issue de la rencontre, aucune date n’a été décidée. La décision de ne pas rouvrir le 20 janvier 2021 devrait être officiellement annoncée par le gouvernement dans les prochains jours. Le président de l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie en Picardie, Christophe Duprez a lâché aux micros : « C’est important d’avoir une date de reprise à la fois pour motiver et garder le lien avec les équipes, parce que psychologiquement sur ce deuxième confinement c’est compliqué de garder le lien avec nos salariés. Et puis pour nous [patrons] de voir enfin le bout du tunnel ».

C’est ce qui prouve que les aides du gouvernement dans ce secteur ne suffisent plus. Les acteurs du secteur savent que la crise n’est pas terminée, c’est pourquoi ils réclament la réouverture de leurs établissements avec des conditions plus sérieuses qu’après le premier confinement. C’est à cet effet qu’une réunion de crise sera tenue le lundi avec les acteurs en vue de la prise de décisions plus intéressantes visant à satisfaire chacune des parties.

Même son de cloche pour le Président de l’UMIH Ile-de-France, Franck Delvau. Celui réclame notamment un accompagnement des restaurateurs au moment de la reprise.

De nouvelles attentes pour le printemps…

Les patrons ainsi que les gérants ont pour objectif une réouverture de leurs établissements au printemps. Ils espèrent trouver la solution adéquate à la gestion de la crise. Certains sont même d’accord pour rouvrir et fermer lors d’un couvre-feu qui pourrait être fixé à 18 heures. Cela leur permettrait d’augmenter un tant soit peu leurs chiffres d’affaires jusque-là dormants.