Maison Lafitte souffre aussi du coronavirus !

Alors que les fêtes approchent à grands pas, l’arrêt des activités des entreprises évoluant dans les métiers en bouche affecte certains fournisseurs, à l’image de Lafitte.  Le leader de la création du foie gras en France a enregistré un faible taux de ventes en boutique. Pour sortir la tête de l’eau, Lafitte a choisi de miser sur l’e-commerce, l’export et les commandes grandes surfaces.

Export : l’éclaircie après la grisaille

Lafitte-foie-gras-paris-boutique La maison Lafitte ne réalise pas son meilleur chiffre d’affaires cette année. Après avoir réalisé des transactions d’une valeur de 30 millions d’euros en 2016 et 2017, le pionnier du foie gras label rouge connaît à nouveau un recul de part de marché. Un fait qui tient de l’arrêt de travail du tiers de sa clientèle.

Le numéro un français du foie gras compte compenser cette baisse autrement. Toutefois, il rencontre des difficultés dans l’export, qui représente 20 % de son activité. En effet, la majorité des pays frontaliers de la France sont touchés par la crise. Une situation qui s’est aggravée avec l’épidémie de grippe aviaire qui secoue le Sud-Ouest de la France.

Heureusement, Lafitte peut compter sur  le Japon, premier marché de l’exportation. Malgré la crise, les affaires avec le Japon n’ont pas diminué pour autant, contrairement à la Chine où une baisse de l’export a été constatée.

La grande distribution comme autre solution

La firme landaise espère combler ce déficit avec d’autres méthodes de commercialisation. La vente en direct, qui se fait par le biais d’un réseau de sept boutiques, compte pour un cinquième dans son chiffre d’affaires. Lafitte aurait souhaité maximiser ce canal de commercialisation, mais la pandémie a retardé l’ouverture de la nouvelle boutique, située dans le 7e arrondissement à Paris.

Voir aussi  Un nouveau concept de restauration créé à Toulouse

L’e-commerce a également connu une importante impulsion, avec une hausse de 65 %. D’importantes commandes sont également notées du côté de la grande distribution, qui représente 30 % de son activité.