Confinement : ces restaurants toujours ouverts malgré les restrictions sanitaires

Depuis fin octobre, les restaurants français doivent garder portes closes jusqu’à nouvel ordre pour contrer la propagation du covid-19. Seuls le « Click and Collect » et la vente à emporter sont encore possibles. Pourtant, certains restaurants continuent d’ouvrir malgré les restrictions sanitaires. Il s’agit des établissements qui bénéficient d’une dérogation à l’échelle locale délivrée dans certaines régions de France.

Restaurants ouverts pour les routiers

Lors du premier confinement, les conditions de travail des routiers ont été lésées. La plupart des établissements les accueillant ont dû fermer. Il était donc difficile pour eux de se restaurer, de se laver ou encore de stationner leur véhicule dans de bonnes circonstances.

Avec la baisse des températures et le second confinement annoncé fin octobre, les syndicats des routiers ont exigé une dérogation pour la réouverture des restaurants-relais. Ils se sont basés sur l’article 40 du décret du 29 octobre 2020. L’article 40 interdit entre-autres aux restaurants d’accueillir leurs clients, sauf en cas de dérogation. Celle-ci stipule que « les établissements mentionnés au présent I peuvent continuer à accueillir du public pour leurs activités de livraison et de vente à emporter, le room service des restaurants et bars d’hôtels et la restauration collective sous contrat ». Pour Jean-Baptiste Djebbari, Ministre délégué aux transports, il était indispensable que les routiers puissent prendre un repas chaud à midi durant leurs heures de route. Il faut toutefois fournir une carte professionnelle pour avoir accès aux restaurants-relais.

Depuis le 7 novembre dernier, 250 restaurants-relais ont ouverts pour accueillir les routiers. Depuis, d’autres établissements ont rejoint la liste, dont le Cormoran dans le zoning industriel du Havre.

Nouvelle dérogation pour les travailleurs extérieurs

Même problématique pour les salariés du bâtiment et des travaux publics depuis la fermeture administrative des établissements de restauration. Comme le précise la CCI Loiret dans son communiqué de presse du 12 janvier dernier : « il devient nécessaire de permettre à leurs salariés de prendre leur repas au chaud ».

En collaboration avec la Chambre de Métiers et de l’Artisanat, la Chambre de Commerce et d’Industrie, la Fédération Française du Bâtiment et de l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie du Loiret, un contrat de prestation a été élaboré. Le but étant de permettre aux 13.000 salariés du Loiret de déjeuner au chaud durant leur pause de travail. D’autres régions ont suivi le pas comme les Pyrénées-Atlantiques ou encore les Hautes-Alpes. Le salarié doit remplir un document officiel pour manger dans le restaurant de son choix.

Voir aussi  Covid-19 : Ce secteur de la restauration oublié de la crise

Ces restaurants ouverts ne font évidemment pas leur chiffre d’affaires. Ils peuvent tout de même continuer de travailler en gardant le contact avec leurs clients.

Crédit Photo : ©Le Cormoran sur Booking.com