La descende aux enfers d’un ex-candidat après son passage au Meilleur Pâtissier

En 2012, la première saison du Meilleur Pâtissier est diffusée sur M6. Les téléspectateurs découvrent alors Wilfried Kissi, pâtissier amateur de 21 ans. Du jour au lendemain, il est propulsé sur le devant de la scène et rencontre un franc succès. Dans le podcast de Code Source, diffusé sur Le Parisien, Wilfried raconte sa descente aux enfers.

Jusqu’à 3.000 € par week-end

Participer à une émission de grand public n’est jamais anodin. Wilfried a directement rencontré le succès après son élimination dans le Meilleur Pâtissier. Il a tout de suite été contacté pour des collaborations. Dans le podcast, il raconte : « Les gens vous demandent le même gâteau qu’ils ont vu à la télé pour le baptême de leur fille… Avec ma compagne, on s’est retrouvés à faire des mariages du jour au lendemain ».

Pour ce jeune aide-soignant de 22 ans, les grosses sommes d’argent sont très vite arrivées. Il révèle : « Parfois, en un week-end, je me faisais 3 000 euros. Ce qui est énorme pour moi à 22 ans. Et là c’est le bordel dans ma tête ».

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Maison Kissi (@wilfried_kissi)

Presque 25.000 € de dettes

Et là, c’est la descente aux enfers et les dettes commencent à arriver. Wilfried commence alors à flamber l’argent qu’il gagne : « Les dépenses, c’est fêtes, voitures, gros 4×4 à 32 000 euros ». Ce train de vie commence alors à occasionner des soucis financiers. « Les dépenses sont les mêmes mais les rentrées ne le sont plus. Un jour ça frappe à la porte et là : une huissier de justice. Vous avez peur car elle vous dit qu’elle va vous prendre vos meubles. Vous êtes en panique quoi. C’était vraiment tendu ». Wilfried devait, à l’époque, s’acquitter de 25.000 € de dettes.

Voir aussi  Tous en cuisine avec Cyril Lignac de retour, découvrez la liste des ingrédients du menu de ce soir

Heureusement, l’amateur pâtissier a su rebondir et a totalement changé de vie. Pour s’en sortir, il a d’abord quitté Vichy pour s’installer dans Les Landes. Il décide alors d’abonner la pâtisserie pour se consacrer pleinement à son métier d’aide-soignant. Le maire de la commune le reconnait et prend ses coordonnées. Il est alors sollicité pour un mariage et décide de s’associer avec d’anciens employés de traiteurs.

Il se refait une petite santé financière et décide d’ouvrir un stand de macarons à Pau. Enorme succès puisqu’il est à présent à la tête de deux pâtisseries et d’un restaurant inscrit au Gault & Millau. Belle revanche !

Crédit Image : © Marie Etchegoyen / M6